Image

Royal National Park

Ça vous est déjà arrivé de devoir escalader une falaise a pic, avec des éraflures sur les bras et les jambes, après une marche sur des rochers glissants, menacés par les vagues de la marée montante ? Nous, si.

Je vous explique comment c’est arrivé… A la base, on était parti pour profiter de la magnifique Figure 8 Pool, un spot fait de trous dans les rochers, qui forment d’étonnantes piscines naturelles, accessibles à marée basse. Je vous mets une photo prise sur internet pour que vous compreniez l’image que je m’étais faite quelques semaines auparavant :

post-rnp-figure-8-pool-google-1

Photo : Visit NSW – Luke Tscharke

L’endroit est situé sur la côte du Royal National Park, une petite heure de route au sud de Sydney, et comme il recèle d’autres coins sympas, on est parti de bon matin, avec le sac à dos, les maillots de bain et le pique-nique. Premier arrêt : Wattamolla, une crique a la rencontre d’une petite rivière et de l’océan. Très joli spot, entre une chute d’eau d’une dizaine de mètres de haut (il y a moyen de sauter du haut, pour qui veut impressionner les filles…), la rivière à traverser à gué pour pouvoir se poser sur la plage à l’ombre des pins, et l’eau turquoise du Pacifique. Il y a aussi un point de vue en hauteur, Providential Head, duquel il est possible d’admirer les baleines mais elles n’ont pas voulu se montrer à nous ce jour-là, après tout elles n’ont sans doute pas toujours le temps de venir épater les touristes…

wattamolla-lagoon-2

Wattamolla Beach

Figure 8 pool n’est accessible qu’a marée basse, après une marche d’environ 1h15, nous avions donc le temps de nous arrêter sur Garie Beach, une plage blottie au creux de falaises et paradis pour surfeurs nettement plus que pour baigneurs. Curieusement, beaucoup de moyen-orientaux en train de se faire des barbecues ou de pêcher… En tout cas, bon spot. Pour les photos comme pour la sieste (oui, on s’est séparé en deux groupes, là…) !

garie-beach-art

Garie Beach, site art…

2h15, on décolle de Garie Beach pour Garawarra Farm. Première surprise (enfin, deuxième, après avoir loupé l’embranchement…), la route n’est pas goudronnée ! Même si notre brave Mitsubishi en a vu d’autres et ne se laisse pas décourager facilement, elle aurait bien plus apprécié la ballade avec 4 roues motrices… Enfin bref. 2h45, c’est parti pour une randonnée à travers la forêt pour rejoindre la Coast Track, avec un magnifique point de vue sur notre objectif à la jonction. Une fois le long de la cote, il faut descendre la falaise le long du sentier côtier -facile- ; dire bonjour aux gens qui se sont arrêtés pour soigner leurs blessures le long du chemin -quand même, pourraient être plus prudents, non ? Ah, les jeunes…- ; marcher sur la plage -toujours facile- (et non pas continuer sur le sentier côtier, sans quoi la suite va être plus difficile…) ; continuer de marcher sur des cailloux rochers de plus en plus piégeux gros -moins facile- ; ajouter quelques longueurs sur un plateau rocheux mouillé (comprendre : glissants) -pas trop difficile, à condition de faire gaffe aux vagues qui éclatent de temps à autre contre le bord du plateau- ; et enfin, enfin, se poser contre la falaise, à quelques dizaines de mètres de Figure 8 Pool. Curieusement, pas mal d’asiatiques dans ce coin, allez savoir pourquoi, n’ont sans doute pas les mêmes guides touristiques ou groupes Facebook que les moyen-orientaux.

figure-8-pool-way-2

Second plateau rocheux, au centre de la photo : Figure 8 Pool !

Bref, une fois arrivé là, il n’y a plus qu’à enfiler le maillot de bain et marcher -prudemment, car les rochers sont du genre coupants- jusqu’aux piscines naturelles : sincèrement, le lieu est extraordinaire, et les vagues qui continuent de frapper le plateau, s’assurant de temps à autres que les trous rocheux ne se vident pas, en rajoutent clairement à l’atmosphère ! Comme après un moment rien ne parait dangereux, on va chercher l’appareil photo et on décide de choisir un trou dans lequel sauter (oui, l’eau est froide mais on ne s’est pas farci plus d’une heure de rando juste pour la vue !). Et c’est à ce moment précis que la mer décide de nous envoyer une vague plus grosse que les précédentes, suffisamment grosse pour que nous perdions l’équilibre et tombions dans l’un des trous… J’ai fait ce que j’ai pu mais l’appareil photo n’a pas du tout aimé l’idée*. Pas plus d’ailleurs que nos bras et nos jambes, qui ont fait leur job (protéger et servir) face aux rochers, qui ont eux aussi fait leur job (couper et érafler). Un succès. Bon, comme ça rassure toujours de ne pas être les seuls imbéciles de la place, je précise que pas mal d’autres gens se sont aussi blessés, et/ou ont dû investir dans un nouveau téléphone grâce à la même vague**.

figure-8-pool-rocks-2

Ca a l’air calme, non ? Voir photo dans la version anglaise…

4h45. Le temps de soigner ça avec les moyens du bord (pas bien profond mais quand ça saigne, ça en met partout, c’est pénible), de finir les pancakes au sirop d’érable pour la peine, on s’est dit qu’il était temps de se remettre en route, avant que la marée remonte et que la nuit tombe. Alors, autant quand on est arrivé il y avait bien 70 personnes, autant à ce moment de l’histoire on était pratiquement les derniers, en dehors d’un groupe d’européens dont la leader avait l’air (j’insiste sur le « avait l’air ») de savoir comment gérer la suite des choses et nous a déconseillé de repartir par là où nous étions arrivé, car la marée aurait déjà repris possession des lieux. Soit. Après tout il y avait deux options pour repartir donc comment savoir laquelle était la meilleure ? En adultes responsables Tels de parfaits moutons, on a suivi le groupe… La distance n’était pas bien grande mais épique : un plateau rocheux de plus en plus étroit, rendu super glissant par une cascade qui descendait de la falaise d’un côté, et par les vagues de plus en plus grosses qui éclataient de l’autre (d’ailleurs pas besoin de préciser qu’on s’est cassé la figure plus d’une fois, heureusement sans mal). Ensuite, seule route disponible, sauf à vouloir jouer avec la marée montante : escalader ! En espérant de tout son cœur que les brins d’herbe auxquels tu t’accroches tiennent eux aussi à la vie et en comptant férocement sur son instinct de survie pour choisir sur quel caillou appuyer ton pied… Peut-être 20 ou 25 mètres de haut, avec le son des vagues en contrebas (qui a ce stade n’a plus rien de magique), la peur du vide et le soleil qui se couche. C’est une fois en haut qu’on a compris qu’aucun membre du groupe ne connaissait les lieux auparavant !! Mais tous ensemble, on a continué à travers les hautes herbes marécageuses jusqu’à rejoindre la Coast Track : ouf !!!

figure-8-pool-epic-return-3

L’escalade parmi le groupe de fous (oui, je me suis arrete prendre une photo… Et me suis fait reprimander pour cet acte de stupidite…)

5h, 40 minutes avant que la nuit ne tombe. Plus qu’à rentrer à la voiture, en activant pour éviter de finir le sentier forestier dans le noir complet, puis à la maison fêter notre survie ! Je ne sais pas si ça en a l’air en lisant le récit mais on a réellement eu peur. Et étant bien place pour savoir combien la mer peut être impitoyable, je m’en suis voulu de ne pas m’être mieux renseigné avant d’y aller : les blessures, plus ou moins graves, y sont en effet fréquentes

Enfin bref, tout est bien qui finit bien, je peux vous filer le lien pour les photos, celui pour la video, et même rédiger quelques conseils pour qui voudrait faire l’expérience de Figure 8 Pool (expérience que je recommande toujours ! On y retournera probablement d’ailleurs nous-mêmes) :

  1. Checkez la marée et l’état des vagues avant d’y aller : le site n’est sûr qu’à marée basse et par mer calme. Et même sous ces conditions, gardez un œil sur l’océan et sur les autres gens… Faites gaffe aux selfies (super tentant mais dangereux !) et soyez plus malins que nous (si tous les autres gens partent, ce n’est pas pour vous permettre de prendre de meilleures photos !).
  2. Prenez de bonnes chaussures et marchez prudemment, les rochers sont très glissants par endroits.
  3. Comptez 1h, 1h30 pour y aller, depuis le parking, et comptez aussi du temps pour le chemin du retour : si les conditions météo changent, celui-là n’est pas à sous-estimer !
  4. Amenez une lampe-torche, une pochette étanche pour prendre les photos (j’en avais une mais elle était restée à la maison, grrr…) et une trousse de premiers secours (bandages, antiseptiques, serviettes), Il n’y a pas de sauveteurs ni de postes de secours à cet endroit. Ne comptez pas non plus sur votre téléphone : la réception est plus qu’aléatoire dans l’ensemble du Parc National.

Sur ce, bonne fin de semaine a tout le monde !

Tom & Amber

* il marche toujours, mais pas l’écran, même après 3 jours dans un sac de riz (chose qui avait pourtant sauvé le téléphone d’Amber il y a quelques semaines). Autant vous dire qu’avec ça, c’est impossible galère de prendre une photo…

** Ha, je viens de voir que le nouvel iPhone 7 est étanche : content de voir à quelle vitesse Apple intègre mon retour utilisateur à ses produits !



Have you already had to climb a very steep cliff, with scratches on your arms and your legs, after a walk on very slippery rocks, threaten by the waves of the rising tide? We had.

Okay, I’ll explain how everything’s happened… At the beginning, the goal was to enjoy the wonderful Figure 8 Pool, a place full of holes in the rocks, that create curious natural pools, accessible under low tide. I give you a picture from the internet, which will allow you to understand the image I had in my mind since few weeks:

post-rnp-figure-8-pool-google-2

Picture: Flickr – Justin Griffiths

The place is located on the coast of the Royal National Park, a small hour South from Sydney. And as there is other nice places in this area, we left home quite early in the morning. With bagpack, swimming clothes and snacks. First stop: Wattamolla, a lagoon where a creek meets the ocean. Really pretty, with a 10m high waterfall (you can jump from the top, if there’s some girls to impress…), with a river to ford if you want to take a rest on the beach under the shadow of the pines, with the turquoise water of the Pacific. There’s also a lookout spot, Providential Head, from where you may watch the whales but they didn’t show up this time, after all they probably got better to do than grandstanding…

wattamolla-lagoon-4

Wattamolla Lagoon

You can only access Figure 8 Pool with low tide, after a 1h15 walk. So, we had time to rest on Garie Beach, nested between cliffs, kind of paradise for surfers much more than for swimmers. Curiously, many people from Middle-East, making barbecues or fishing… Overall, good place, for pictures and for resting (yeah, we made two groups this time…)!

garie-beach-surfers

Garie Beach, paradise for surfers

2h15, we leave Garie Beach for Garawarra Farm. First surprise (well, second, as we missed the crossroad…), the road is unsealed! Even though our brave Mitsubishi has seen more and does not let herself be discouraged easily, she (yes, our car is a girl, any comment?) would have more appreciated with 4WD… Anyway. 2h45, let’s go hiking through the forest to join the Coast Track, with an amazing lookout at the junction between the two tracks. When you have joined, you have to go down the cliff along the track -easy-; say hello to people who stopped to heal their injuries -not really smart, are they? Why are they not just careful, mmh?-; walk on the beach -still easy- (don’t keep going on the Coast Track, as it will be more difficult then…); carry on with walking on pebbles rocks more and more tricky big -less easy-; keep the rhythm on a wet (understand: slippery) rocky plateau -not too difficult, as long as you take care of the waves that break against the plateau from time to time-; and finally you can sit down against the cliff, at 20 or 25 meters from Figure 8 Pool. Curiously, many Asian people in this area, dunno why, mustn’t have the same tourist guides or Facebook groups than Middle-East people?

figure-8-pool-way-5

The road to Figure 8 Pool…

So, when you are there, you just have to wear your swimming stuffs and walk -carefully, as the rocks are from a sharp family- till the natural pools: honestly, the place is incredible, and the waves that keep breaking against the rocks (to make sure that the holes don’t get empty) add a lot to the atmosphere! After a while, as nothing looked dangerous, we go take the camera and start to choose a hole inside which jumping (yes, water is pretty cold but no way to have walked more than an hour just for taking pictures!). The sea chose this exact moment to send a bigger wave than the last ones, big enough to make us losing our balance and falling down in one of the holes… I did what I could but the camera really didn’t like the idea*. So didn’t our arms and legs, which did their job (to protect us) against the rocks which also did their job (to hurt us). Successful. Well, because it’s always reassuring not to be the only stupid people, I precise that few others also got hurt, and/or had to buy a new phone thanks to the same wave**.

figure-8-pool-rocks-1

The kind of unexpected waves we had on the way…

4h45. Time to treat it with the means at hand (not very deep injuries but when it’s bleeding, you have blood everywhere, it’s quite annoying), to finish our maple syrup pancakes, it was time to go back. Before the tide get up and the night fall. So, when we arrived, there was maybe 70 people, but at this time we were nearly the last… Except a group of European guys whose leader seemed (I insist: “seemed”) to know how to manage the way back; she advised us not to take the same way to return, as the tide would already have taken possession of the premises. OK. After all, there was two options to get out, how could we know which one was the best? As responsible adults real sheep, we followed the group… Not very far to go but epic journey: a rocky path more and more narrow as far as you go, made very slippery by the waterfall coming down the cliff on one side and by the breaking waves on the other side (no need to say that we fell over many times?). Then, unless you want to play a game with the rising tide, only one way available: climbing! Hoping as much as you can that grass also wants to stay alive and stick to the cliff, and counting very had on your survival instinct to choose the right stone on which put your feet… Maybe 20 or 25 meters high, with the sound of the waves at the bottom (nothing magical anymore, inquiringly), the fear of high and the sun coming down. It’s only at the top that we understood that nobody from the group had already been here before!! But all together, we kept walking through the tall marshy grass till the Coast Track: yeehe!!!

figure-8-pool-epic-return-4

View from the cliff we climbed on: the green is slippery, the wet… also…

5h, 40 minutes before nightfall. Just have to go back to the car park, quickly to avoid walking on a pitch black path in the forest, and to our home, celebrate the survival! I don’t know what it looks like, reading this post, but we had been really scared. And as I should know how the ocean can be dangerous, I really should better double check before going: injuries, more or less important, are not rare there

Anyway, all is well that ends well, I can give you the link for the pictures, the one for the video (also above), and even write few advices for who would like to experience the Figure 8 Pool (yes, I recommend! And we will probably go back as well):

  1. Have a look to the tides and to the waves before going: the spot is only safe with low tide and with calm sea. Even with those conditions, keep an eye on the ocean and on other people… Be careful with selfies (nice spot for but dangerous!) and be smarter than us (if everybody leave, it’s not for giving you best pictures!).
  2. Bring some good shoes, and walk carefully, as the rock platform surface is covered in slippery seaweed.
  3. Count 1h, 1h30 to go from the car park. Give yourself extra time for the return walk: if the weather changes a bit, it can be challenging!
  4. Bring a torch, a waterproof case for taking pictures (I had one, but at home, grrr…) and a first aid kit (band aids, antiseptic, tissues). There’s no lifeguard service at the pools. And don’t rely on your phone: reception is very limited in the National Park.

Have a good end of week, everybody!

Tom & Amber

* it still works, but not the screen, even after 3 days in a rice bag (even so this trick had saved Amber’s phone few weeks ago). As you can guess, quite impossible difficult to take pictures, now…

** Ha, I just saw, the new iPhone 7 is waterproof: happy to see how fast Apple take into account my feedback!

Publicités

4 réflexions sur “Royal National Park

Un commentaire, une question ? C'est là :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s